Surfez couvert

Avez-vous reçu l’un des 4,5 millions d’imprimés sur la protection sur internet distribués aux élèves de primaire ? Non, rien de grave, voici pourquoi et comment se protéger.

Si vos enfants sont déjà sur internet, alors il est temps de prendre quelques mesures de précaution. Pas question de laisser un enfant, quel que soit son âge sans protection contre les prédateurs du web. C’est la raison pour laquelle Xavier Darcos, ministre de l’éducation nationale, et Nadine Morano, secrétaire d’Etat chargée de la famille ont lancé la distribution de 4,5 millions de brochures dans les écoles primaires françaises.

La plaquette offre huit conseils destinés à protéger les jeunes élèves :

– Parlez avec votre enfant de ses activités sur la Toile

– Activer le logiciel de contrôle parental

– Ne pas laisser les jeunes enfants seuls sur Internet

– Vérifier que le jeu vidéo est adapté à l’âge de l’enfant

– Limiter le temps consacré aux écrans

– Limitez le nombre d’écrans individuels à la maison

– Consultez les pages d’information sur les risques présents sur le Net

– Signalez les images et propos pédopornographiques

Des conseils simples mais qui ne sont pas si souvent appliqués, par manque de temps ou par ignorance.

D’après la Secrétaire d’Etat, “Nos enfants passent 900 heures par an à l’école et 1 200 heures par an devant leurs écrans. 96 % des adolescents surfent sur Internet tous les jours et l’on compte en moyenne 6 écrans par foyer (télés, ordinateurs, consoles de jeux).” Il est donc réellement nécessaire de s’intéresser de près à ces activités.

Il existe heureusement de très bons logiciels de contrôle parental. L’association e-enfance a publié un rapport complet sur les différents moyens de protection sur internet, sur les mobiles, les consoles et les fournisseurs d’accès à internet que vous pouvez consulter ICI.

Si vous trouvez l’offre de votre fournisseur d’accès à internet insuffisante, vous pourrez acquérir dans le commerce ou sur internet des logiciels efficaces (Parental Filter, Contrôle Parental…)

Nous pouvons aussi compter sur l’Etat qui essaye de renforcer la surveillance des réseaux internet. Pas facile quand on sait que la majorité des sites dangereux sont hébergés sur d’autres continents. L’Asie, l’Amérique du Sud ou les ex-républiques soviétiques sont difficilement contrôlables par nos lois, mêmes européennes. Les fournisseurs d’accès sont par ailleurs frileux et rechignent à mettre en place une censure, quelle qu’elle soit. Le débat reste ouvert pour essayer de protéger de mieux en mieux nos enfants, une discussion européenne s’ouvrira à ce sujet le 18 septembre prochain.

A savoir :

  • Comme l’indique la brochure du gouvernement, vous pouvez signaler un contenu pédopornographique en allant sur le nouveau site http://internet-signalement.gouv.fr mis en place par l’Office Central de Lutte contre la Criminalité liée aux Technologies de l’Information et de la Communication (OCLCTIC).
  • L’association e-enfance propose un DVD « Enfants, ado, : l’internet sans danger »

Avec la généreuse participation de Yannick Noah et Hélène Ségara, Que font vos enfants avec leurs blogs ? Pourquoi sont-ils collés à l’ordinateur en rentrant de l’école? A quoi jouent-ils sur leurs mobiles ? Y-a-t-il des risques ? Vous pouvez en découvrir un extrait :

Les commentaires sont fermés.