Interview Docteur Vincent Borrel, Paris

Docteur Isabelle Vincent BorrelLe Dr. Isabelle Vincent Borrel nous donne son avis sur les enfants face aux outils informatiques


NumeriKids : Les enfants jouent de plus en plus sur ordinateur et consoles de jeux ; les programmes commencent dès un an, qu’en pensez-vous ?

Dr I.V-B. : Il n’y a pas d’intérêt particulier pour les enfants dans ces programmes comparés aux autres possibilités d’éveil de leurs sens. L’informatique à un an n’est pas nécessaire, mais ces outils font partie de la vie quotidienne et en cela ils deviennent vite intéressants. Les bébés entrent à un an dans l’âge de l’imitation. Ils commencent à manger dans l’assiette des parents et veulent imiter les plus grands qui manipulent la souris et tapent sur un clavier. Les logiciels pour les tout petits permettent d’ouvrir ces activités aux plus jeunes avec des contenus adaptés à leur âge.

Le docteur Vincent Borrel dans son cabinet parisien

NK : Quelle est la limite de temps idéale pour les activités numériques à un ou deux ans ?

Dr I.V-B. : Trente minutes me semblent un grand maximum jusqu’à deux ans. A cet âge la capacité de concentration ne dépasse pas dix minutes en général. Un enfant peut rester passif pendant une heure devant la télévision, mais s’il est actif il changera d’activité toutes les dix ou vingt minutes.


NK : Y a t il un âge idéal pour commencer l’informatique ?

Dr I.V-B. : Au moment de l’école primaire ; surtout quand les devoirs arrivent et qu’il est bien pratique de chercher sur un ordinateur plutôt que d’aller à la bibliothèque. C’est un vrai avantage pour les enfants qui ont accès aux logiciels encyclopédiques et éducatifs ou à internet. Si en plus, les écoliers se sont familiarisés avec les consoles de jeux ou l’ordinateur dès la maternelle ils seront encore avantagés mais cela n’est pas indispensable. Mes enfants ont commencé plus tard et s’en sortent très bien !

Les vrais privilégiés sont ceux qui ont des parents qui jouent avec eux. Que ce soit avec un livre ou un ordinateur le temps partagé avec un papa ou une maman est inestimable pour les enfants.

Il faut par ailleurs que l’ordinateur soit dans le salon ou la salle à manger. Avant dix ans, le PC ne doit jamais être dans la chambre de l’enfant.

NK : Le jeu remplace-t-il trop les autres activités ?

Dr I.V-B. : Cela dépend des enfants mais surtout des parents. Chez les plus petits les parents décident et sont donc responsables du temps passé devant un écran de jeux au détriment des jeux traditionnels. Comme pour la télévision, toujours allumée lors de mes visites à domicile.

NK : Les parents vous posent-ils des questions sur les risques liés aux jeux vidéo pour leurs enfants ?

Dr I.V-B. : Pas beaucoup. Parmi eux, la moitié n’a pas de PC ou de console ou alors ils sont réservés aux parents. La télévision reste d’un prix plus abordable. Les questions viennent plus tard, à l’entrée des enfants dans l’adolescence et portent sur la violence des jeux et ses conséquences, sur la durée passée devant les écrans et sur les risques d’Internet mais c’est un autre problème.

NK : A votre avis jusqu’à quel âge les parents doivent-ils accompagner leurs enfants dans le jeu vidéo ?

Dr I.V-B. : Tant que les parents s’amusent aussi, il n’y a pas d’âge pour arrêter de jouer. Plus tard, vers 13-14 ans les ados préfèrent souvent jouer seuls. En attendant on peut toujours s’amuser avec ses enfants sur un PC ou une console.

NK : Quels types de jeux conseillerez-vous pour les moins de dix ans ?

dr_borrel_portrait_nk1.jpgDr I.V-B. : De vrais jeux ! Derrière leur aspect 100% ludiques, ils développent la capacité de concentration et d’attention des enfants. Ils apprennent à gérer les nombreuses informations présentes à l’écran en même temps et sont beaucoup plus actifs et plus communicants que devant une télévision. Les logiciels d’apprentissage pseudo ludiques ne sont pas souvent drôles et les enfants le comprennent vite. Les programmes éducatifs peuvent fonctionner si les parents participent vraiment. Si non, il faut que ce soit un vrai jeu. Dans ce cas là les enfants mémorisent sans s’en rendre compte, sans effort. Les logiciels de langues par exemple n’ont jamais aidé mes enfants ; par contre les séries comme Friends en version originale sous titrée ont été très efficaces !

NK : Avez-vous un ordinateur ou une console de jeux à la maison ?

Dr I.V-B. : Une console et deux ordinateurs ! Un pour mon plus grand fils et l’autre dans le salon ; mais il devient petit à petit celui du plus jeune… Le premier PC est arrivé en 1997, quand ils avaient 6 et 8 ans.

NK : Combien de temps passez vous devant par semaine ?

Dr I.V-B. : J’y passe de une à trois heures par semaine, mais pas pour jouer… Mes fils y passent entre une et trois heures par jour pour jouer, travailler et évidemment chatter ! Il leur est quand même arrivé de passer des journées entières à jouer sur l’ordinateur ou la console pendant les vacances !

0 Commentaire

Soyez le premier a laisser un commentaire.

Laisser un Commentaire