Lecture numérique, lecture du futur

livre-numeriqueDepuis plus d’une dizaine d’années, la France a connu un développement fulgurant des nouvelles technologies et plus particulièrement d’Internet. Suite à ce phénomène, la numérisation et le livre-numérique ont fait leur apparition.MISE EN PLACE D’UNE POLITIQUE DU LIVRE
En effet, la jeune génération n’utilise quasiment que l’accès internet pour trouver une information, regarder un film ou se divertir.
Il en est de même pour la lecture où les personnes consultent de plus en plus les livres numériques.

C’est pourquoi, M. Yann Gaillard, rapporteur spécial de la commission des finances pour la mission « Culture », a présenté un rapport d’informations sur la politique du livre.
Il désigne la numérisation des livres comme un événement majeur et croissant pour les années à venir.Ce sera un phénomène massif et incontournable dans l’histoire du livre.
Il évoque, donc, la nécessité de la numérisation du patrimoine de la BNF (Bibliothèque Nationale de France).

Pour cette réalisation, un partenariat avec Google s’avère inévitable car, sinon, avec les seuls moyens de la BNF, il ne faudrait pas moins de 750 millions d’euros et 375 ans pour pouvoir numériser l’ensemble des œuvres qu’elle détient, autant dire mission impossible.

La commission des finances insiste aussi sur la nécessité de mettre en place une nouvelle politique du livre et de désigner, pour cela, un ministre chef de file afin qu’elle ne soit pas éclatée entre plusieurs ministères comme cela peut être le cas actuellement.
Il apparaît donc essentiel d’ordonner et de légiférer cette nouvelle forme de lecture. Par ailleurs, elle s’inquiète de l’avenir concret de la numérisation du livre.

En effet, un emprunt de 400 millions d’euros serait nécessaire pour réaliser ce projet mais, actuellement, seulement 160 millions d’euros semblent être prévus sur les dix prochaines années.

L’INQUIETUDE DES EDITEURS
livre_numerique_dsi_xlSi le livre va s’adapter à la nouvelle génération au détriment du support papier, l’inquiétude s’installe chez les éditeurs.
En effet, le fait de vendre moins de livres imprimés peut avoir de lourdes conséquences sur leurs revenus et ainsi ne plus constituer un capital suffisant pour subvenir à leurs besoins.

Par ailleurs, ils ont la possibilité de s’adapter à cette nouvelle technologie en ouvrant leurs librairies numériques mais là encore le risque serait pour eux que le prix des livres numériques soit trop bas. Ils seraient donc perdants par rapport à leurs ventes de support papier.

C’est pourquoi, Yann Gaillard souhaite faire de cette inquiétude l’une des priorités de la future politique du livre et afin que personne ne soit en situation précaire, il souhaite mettre en place une « entité coopérative réunissant les bibliothèques publiques patrimoniales et les éditeurs ».

lecture-numerique-dsMais suite à la réunion du Conseil du Livre, un tournant décisif dans la stratégie de numérisation du patrimoine national a été pris.
Sous la direction du ministre de la culture, Frédéric Mitterrand, le Syndicat National de l’Edition et la SDGL (Société des gens de lettres de France) ont trouvé un accord pour créer «une véritable offre numérique alternative à Google Livres».
Le ministre prévoit d’utiliser une grande partie du futur emprunt national pour numériser l’intégralité des œuvres françaises orphelines et épuisées du 20ème siècle.
Grâce à cet accord, les œuvres seraient numérisées en masse évitant ainsi les négociations œuvre par œuvre, comme c’est le cas actuellement avec Google.
D’autre part, 500 000 euros seront versés à l’ensemble des librairies indépendantes pour qu’elles créent leur site Internet de vente de livres.

Auteurs, éditeurs et gouvernement devraient ainsi trouver chacun leur compte tout en s’adaptant à leu époque.

Pour en savoir plus
20minutes.fr – Article “Google est “indispensable” pour la numérisation des livres”

Un article de notre partenaire Securikids.fr

securikids 

0 Commentaire

Soyez le premier a laisser un commentaire.

Laisser un Commentaire